Le Bombardement de Berlin

Merveille des livres minces, imprévisibles, articulés, dans lesquels le texte mesure la page, et non l’inverse.

Le poète résistant s’est éteint il y a quelques semaines. Ce texte mêle les deux bombardements de Berlin par les Alliés (1943 et 1945) qui font partie de son expérience. Le feu. Mes yeux déterminent le hasard dans la grande page pliée qui quadruple la surface carrée du livre: au centre.

BERLIN,  deux fois capitale d’un au-delà
que les projecteurs de défense anti-aérienne
cherchent désespérément dans le vide du ciel.
— cornes lumineuses de Moïse sur le point
d’élucider son assassinat à tant d’exemplaires.
BERLIN,   catacombe éventrée
par le vent d’acier
des grandes investitures.

COURONNEMENT DE BERLIN
Les fenêtres soufflées par les bombes
ne retenaient
de cette monarchie surhumaine
que des images mutilées.
Les vitres comme autant de facettes dans l’œil
du phalène, multipliaient et remultipliaient
une voiture de pompiers
qui tournait en rond
fascinée par les flammes.

bar-1404.jpg

Le Bombardement de Berlin. Armand Gatti, 1958. Bois gravé d’Emmanuelle Amann.
Æncrage & Co. Phœnix. 2009.
Présentation sur le blog de l’éditeur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s