Roses and guns

Rayon photographie. Livre d’images.

Le livre présente des images réalisées dans le cadre d’un projet itinérant en Europe. En ouvrant au hasard, je tombe sur le texte d’un entretien avec le photographe. Page 68.

FP : Par rapport à cette image de vache, d’apparence anodine, ou plutôt générique, de quelle manière la réalises-tu? Est-ce une image que tu cherches, ou que tu trouves?
GJ : C’est une image que je connais depuis l’enfance, qui m’accompagne, qui fait partie d’un bagage, d’un corpus d’images vues, lues et intégrées. Tu parles d’images génériques, c’est exactement ça. Maintenant, il y en a deux, celle de Pink Floyd, et la mienne : où est l’image générique? Il y a une perte de référent originel à chaque fois. Par réflexe, on va lire mon image comme celle de Pink Floyd, mais ce n’est évidemment pas celle là.
FP : Tu veux dire qu’on ne peut plus voir une vache sans voir une pochette de Pink Floyd?
GJ : C’est plutôt une manière de dire qu’il est impossible d’être un faussaire en photographie.

bar-1409

Roses and guns. Photographies de Guillaume Janot, suivies d’un entretien avec François Piron.
Filigranes Editions. 2006.
Le site du photographe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s