La banlieue d’Eric Satie

le

Au rez-de-chaussée, avec la musique.

Satie habitait à Arcueil, et participait à la vie communale, laïque et républicaine.

Malgré un dévouement qui inspirait le respect tout autour de lui, et sa bonne entente avec les « pupilles » qu’on lui avait confiés, Satie, très pointilleux sur les questions de bienséance, envisagea de rendre son tablier moins de deux mois après être entré en fonction.

Eric Satie à Monsieur Léon-Louis Vayssière, secrétaire du Patronage laïque d’Arcueil-Cachan : Arcueil, le 13 janvier 1909.
Cher Monsieur Vayssière,
J’ai rempli hier, pour la dernière fois, mes devoirs de surveillant.
Vous savez que mon désir le plus vif était que je continuasse ma petite collaboration à votre oeuvre si sociale et si démocratique.
Toutefois, certains procédés m’obligent à me retirer, à abandonner déplaisamment, croyez-le, mon obscur service, devenu trop ingrat.
Je vous envoie donc, pour ce qui est écrit, ma démission de membre honoraire.
Vous serrant la main.  ES

Le Docteur Julien Raspail, premier président du patronage laïque, devait savoir trouver les mots qui le feraient changer d’avis.
Il était le fils d’Emile Raspail, fabricant d’une liqueur médicinale inventée par son père, François-Vincent, fondateur de l’Ami du peuple et promoteur du suffrage universel.

bar-1484

La banlieue d’Eric Satie. Ornella Volta.
Macadam & Cie. Collection Les Lumières de la Ville. 1999.
Recension sur le Matricule des Anges.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s