Gérard Philipe

le

Contre l’escalier, rayon images, animées ou non.

Gérard Philipe au cinéma. Page 93:

On attendait beaucoup de La Fièvre monte à El Pao puisqu’il se trouvait réaliser la conjonction de deux génies de ce siècle, Gérard Philipe et Luis Bunuel. Ce dernier a ainsi conté comment ce projet pris corps:
« Il y a un sujet dont je rêvais depuis des années, depuis que j’avais lu, en français, adapté par Antonin Artaud « Le Moine » roman noir anglais de Lewis. Simone Signoret accepta un rôle. Mais il me fallait Gérard.
« J’allai donc lui en parler, un soir, dans sa loge. Oui, il avait lu « Le Moine » cinq ou six ans auparavant. Mais, et seulement à ce moment, son regard devint flamme: « Est-ce qu’un film sur le Guatemala…, un journaliste français…, l’affreuse répression… »
« C’était au moment où l’injustice régnait au Guatemala et Gérard qui brûlait l’injustice partout où elle se manifestait dans le monde vivait et souffrait avec le Guatemala. Et je compris que nous ne tournerions pas « Le Moine ».
« Un jour le mécanisme compliqué qui donne naissance à un film s’est mis en marche le plus simplement du monde. On m’a proposé La Fièvre monte à El Pao. On a proposé le rôle à Gérard. Nous avons tous les deux accepté. »

bar-1922

Gérard Philipe par Georges Sadoul.
Éditions Seghers. Cinéma d’aujourd’hui. 1967.
Pour une fois, chez Amazon.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s