Charlie Chan

le

La-haut avec les policiers. La collection Bouquins, c’est vraiment chouette!

J’ouvre page 701:

Oui, répéta le gamin.
Il posa sa guitare, se leva d’un bond et courut sur le sable puis il plongea dans l’eau comme un poisson. Smith le regarda en hochant la tête.
— La peinture ne l’intéresse guère, murmura-t-il. Il n’aime que la musique. C’est déjà quelque chose.
Il fourra le billet dans sa poche et, son tableau sous le bras, il quitta la grève et s’engagea dans une rue.
Un tram se dirigeait vers la cité, il y monta et tendit royalement son dollar. Après cela, le receveur ne jugerait plus les gens sur leur mine. Une ou deux fois, durant le trajet, il regarda sa peinture et en conçut une opinion très favorable.
Dans un restaurant de la ville, il se fit servir un copieux déjeuner, puis il se rendit à l’hôtel Waioli, où on l’accueillit sans grand enthousiasme.
— Que voulez-vous? lui demanda l’employé avec un dédain visible.
— Mr. Fyfe habite-t-il ici?
— Oui, mais il se lève tard. Je ne puis le déranger à cette heure.
— Réveillez-le, ordonna Smith d’une voix soudain autoritaire. J’ai un rendez-vous très important avec Mr. Fyfe.

bar-2032

Charlie Chan. Le Chameau Noir. Earl Derr Biggers
Editions Robert Laffont. Collection Bouquins 1994.
On le trouve chez Decitre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s