L’Italie des Etrusques

le

Histoires anciennes – dans un des rayons à gauche de la bibliothèque, un peu serré.

Page 229; en face, une planche photographique en noir et blanc représente une tête de griffon décorant un chaudron (Pérouse):

Les thèmes habituels de la mythologie grecque et des religions orientales se retrouvent dans les reliefs et les frises en bronze, pérugins. Un Héraclès, vêtu de la peau de lion et armé de l’arc, combat seul plusieurs guerriers bien équipés. Des sphinx assis, comparables à celui qui interrogeait Œdipe sur la route de Thèbes, paraissent poser à quelques morts absents d’interminables énigmes. Des sirènes nageant le buste droit son traitées dans le style ionien. Un guerrier, d’une silhouette maigre et élégante, se dispose à projeter sa lance. Il est cuirassé et porte le casque attique. Un élément de revêtement en bronze (VIe siècle), destiné à un char et dont l’exécution est bonne, montre l’orientalisation de l’art pérugin de l’époque. Il est orné d’un Zeus terrible brandissant la foudre dont il frappe un géant. Zeus était honoré chez les Étrusques sous le nom de Tin. Il est permis, de plus en plus, de supposer que les Étrusques ont emprunté leur art de la foudre aux Babyloniens.

bar-2044

L’Italie des Étrusques. Henry Harrel-Courtès.
Editions Albin Michel. 1960.
Une recension sans complaisance dans la revue L’Antiquité Classique (1963)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s