Les dix millénaires oubliés qui ont fait l’histoire

le

En cours de lecture.

J’ouvre page 129

Restait à comptabiliser ces circulations de biens. Dans beaucoup de sociétés inégalitaires, les producteurs doivent normalement remettre aux possédants une partie de leurs récoltes en nature. C’était, entre particuliers, le système du métayage dans l’Europe traditionnelle ; ou encore de la dîme, payée au clergé, soit le dixième de chaque récolte, que l’on stockait dans des granges spécifiques, comme au temps des palais crétois. Dans le simple échange entre particuliers de même niveau, le troc a existé dès l’origine, et il se pratique encore à la marge. On a même évoqué des « trocs muets », où les deux parties viennent tour à tour, sans jamais se parler ni même se voir, proposer leurs marchandises, chacune ne repartant que lorsque l’échange est satisfaisant des deux côtés. L’historien grec Hérodote l’évoque, il y a vingt-cinq siècles, le long des côtes de l’Afrique occidentale, entre les marchands carthaginois et les producteurs d’or du cru ; et la même coutume est relatée au Moyen-Age, dans la même région et toujours pour l’or, entre les marchands arabes et les populations subsahariennes. Plus au sud, les pygmées Aka de la forêt équatoriale l’auraient pratiquée avec des agriculteurs bantous.

bar-2200

Les dix millénaires oubliés qui ont fait l’histoire. Jean-Paul Demoule
Editions Fayard. 2017
Chez l’éditeur

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s