Matérialisme historique et histoire des civilisations

le

Rayon philo, marxismes. Blanc rouge noir.

J’ouvre page 113:

La révolution néolithique.

Ici encore, la préhistoire nous offre une illustration frappante. Prenons l’exemple de ce qu’on a appellé la « révolution néolithique » : révolution capitale en effet puisqu’il s’agit du passage, il y a quelques dix mille années, d’une « économie de proie » encore presque animale (chasse, cueillette) à l’agriculture et à l’élevage, c’est à dire à un stade où la production correspond enfin réellement à son concept, au concept d’une transformation consciente de la nature par le travail humain. Mais c’est encore André Leroy-Gourhan qui, dans son dernier livre, nous avertit de l’erreur qu’il y aurait à se représenter cette « révolution » comme un bouleversement soudain : elle s’est opérée au contraire d’une manière très progressive et presque « imperceptible », par « glissement synchronique » de la chasse à l’élevage et de la cueillette à l’agriculture. De l’exploitation fonctionnelle d’un territoire de chasse au « proto-élevage », du proto-élevage à la domestication et à l’élevage proprement dit, la transition s’est faite lentement et de manière toute spontanée.

bar-2339

Matérialisme historique et histoire des civilisations. Antoine Pelletier et Jean-Jacques Goblot.
Éditions Sociales. Collection « Problèmes ». 1969.
Vers une note de lecture (1970) de la revue L’homme et la Société.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s