Derrière les grilles

le

Bibliothèque gauche, étagère centrale, rayon du haut (sociologie).

Page 217:

Les échelles de qualité de vie

[…]En fait, tenter d’évaluer la qualité de vie conduit à une dévaluation de la vie. Un patient avec une « mauvaise qualité de vie » sera en quelque sorte un produit défectueux, un ratage de la médecine, qui ne correspond pas au cahier des charges utopique des « systèmes de santé » modernes, qui affichent l’objectif de la « santé pour tous ».
L’idée d’une « qualité de vie » mesurable et quantifiable en termes économiques n’est pas la cause, mais le corollaire de l’idée qu’il existe des vies qui ne méritent pas d’être vécues. Les deux idées naissent sans doute d’une même tendance de notre société, qui, sous l’apparence d’une « valorisation » de l’individu, s’oriente en fait vers une valorisation de l’individu jeune, sain, efficace et productif, et vers une réduction du seuil de tolérance pour les formes de vie qui ne sont pas conformes à cet idéal de productivité et de santé obligatoire.
Le concept même de « valeur » se rapporte au monde des choses, les personnes étant par définition inévaluables.[…]

(article de Laura Bossi)

bar-2473

Derrière les grilles. Collectif sous la direction de Barbara Cassin.
Editions Mille et une Nuits/ L’Appel des Appels. 2014
Le site de l’Appel des Appels

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s