Mémoires du Cardinal de Retz. Tome 1

le

Littérature classique, milieu de l’étagère du milieu de la bibliothèque, en précurseur de cape et d’épée.

J’ouvre page 185:

Voilà ce qui se passa le matin du 11 de janvier. L’après-dîner, M. d’Elbeuf, à qui l’on avait donné cette commission pour le consoler, somma la Bastille, et le soir il y eut une scène à l’Hôtel de Ville, de laquelle il est à propos de vous rendre compte, parce qu’elle eut beaucoup plus de suites qu’elle ne méritait. Noirmoutier, qui avait été fait la veille lieutenant général, sortit avec cinq cents chevaux de Paris pour pousser des escarmoucheurs des troupes que nous appelions du Mazarin, qui venaient faire le coup de pistolet dans les faubourgs. Comme il revint descendre à l’Hôtel de Ville, il entra avec Matha, Laigues et la Boulaie, encore tous cuirassés, dans la chambre de Madame de Longueville, qui était toute pleine de dames. Ce mélange d’écharpes bleues, de dames, de cuirasses, de violons, qui étaient dans la salle, de trompettes qui étaient dans la place, donnait un spectacle qui se voit plus souvent dans les romans qu’ailleurs.

bar-2509

Mémoires du Cardinal de Retz. Tome 1.
Le Livre de Poche. 1965.
L’édition originale sur Gallica

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s