Piège pour le Baron

le

Polars (âgés), étagère B là-haut.

Ouvert page 99:

— Saviez-vous que cette femme vous espionnait?
— Si je l’avais su, je ne l’aurais pas gardée.
— Travaillait-elle chez vous depuis longtemps?
— Plusieurs années. Je la croyais digne de confiance.
— C’est une habitude chez vous, à ce que je vois! Allingham pourrait bien être une grave erreur, lui aussi.
— Vous me démontrez clairement cette possibilité.
— Cette femme espionnait et elle était très avide de savoir ce que nous avions à nous dire. Tout était prévu. J’étais attendu – vous l’aviez avertie de ma venue – et elle s’est mise en rapport avec ses employeurs. Il lui ont dit ce qu’elle avait à faire… écouter et s’éloigner si elle était découverte. Ils lui ont promis que quelqu’un l’attendrait à l’extérieur pour protéger sa fuite. Charmantes gens! Que savez-vous de cette bande d’assassins?
— Rien du tout.
— J’en doute. Je doute qu’il y ait un mot de vrai dans ce que vous m’avez raconté jusqu’ici.

bar-2562

Piège pour le Baron. Anthony Morton. Traduit de l’anglais par Madeleine Othenin Girard.
Éditions J’ai Lu. 1972.
Ici (avec un prix fantaisiste!)

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. dessein dit :

    personnellement j’en ai un peu marre des polars , pas vous ?

    J'aime

    1. ecridom dit :

      Cher ami, vous avez signé pour dix ans, et vous n’avez pas le choix. Bon ou mauvais, c’est un par jour, et au hasard. Pour encore quelques jours, ce sera deux par jour, dont un polar. J’avais pris du retard.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s