La mort dans les nuages

le

La longue rangée d’Agatha Christie, mansarde, étagère C.

J’ouvre page 86:

Sur le trottoir, Fournier retira son chapeau et salua Poirot.
— Mes compliments, monsieur Poirot. Comment cette idée vous est-elle venue?
— De deux phrases bien distinctes. La première fut  prononcée ce matin même par un voyageur  qui se trouvait dans notre avion. Il disait à son voisin que le matin du crime, il était monté dans un avion presque vide. Et la seconde me vient d’Elise : à l’heure où elle téléphona à l’Universal Airlines, a-t-elle dit, il ne restait plus de place pour le départ du matin. Ces deux témoignages ne concordaient point. Je me rappelai aussi que le garçon du Prométhée affirmait avoir déjà vu Mme Gisèle dans l’avion du matin… Elle avait donc l’habitude de prendre l’avion de huit heures quarante-cinq.
« Mais quelqu’un avait intérêt à ce qu’elle partît par celui de midi… Quelqu’un qui voyageait sur le Prométhée. Pourquoi l’employé a-t-il répondu que l’avion était au complet? Était-ce une erreur ou un mensonge? Je penchais pour la seconde hypothèse et…, j’avais raison.

bar-2572

La mort dans les nuages. Agatha Christie. Traduit de l’anglais par Louis Postif. 1962.
Edito-Service S.A., Genève.
Toute une liste, dans différentes éditions

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s