Paroles

le

Poètes en rayon sur le mur ouest, bibliothèque.

J’ouvre page 125:

Le beau langage

Sortie d’un lycée parisien.
Deux petits garçons se disputent.

L’UN D’EUX (s’adressant à l’autre)
Parfaitement, moi je te le dis, si tu continues, je vais te casser la gueule!

LA MÈRE (qui venait simplement chercher l’enfant)
Oh! (Elle gifle le petit garçon et l’entraîne, saisie d’une ébouriffante indignation.) Des mots pareils, dans la bouche d’un enfant, mais c’est à ne pas y croire! Où as-tu appris… Vraiment, c’est à se demander…

Un peu plus tard, le père, sortant de son ministère, avec une grande indifférence questionne la mère.

LE PÈRE
Qu’est-ce qu’il a le petit? Il en fait une tête.

LA MÈRE
Ce qu’il a, il est puni et si tu pouvais seulement te douter pourquoi… une telle grossièreté… enfin, bref, je l’ai surpris à dire à un de ses petits camarades…

LE PÈRE (déjà sévère)
Qu’a-t-il dit?

LA MÈRE (à voix basse)
Il a dit, il a osé dire : je vais te casser la gueule!

LE PÈRE
Oh! (Giflant l’enfant comme l’a déjà giflé la mère.) Grossier petit individu, je t’apprendrai la politesse, moi!

L’enfant hurle.

LE PÈRE
Tu vas me faire le plaisir de te taire! (Et comme l’enfant ne fait pas assez vite ce plaisir à son père, son père le gifle à nouveau.) Des mots pareils, d’une telle vulgarité… (Hochant douloureusement la tête.) Je vais te casser la gueule.

L’ENFANT
Me la casse pas, papa.

bar-2607

Paroles. Jacques Prévert. 1946.
Le Livre de Poche N° 847
Notice, chez l’éditeur d’origine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s