Terres défrichées – tome 1

le

Contre le mur de l’escalier, les livres de mes parents.

J’ouvre page 71:

Il aidait sa bonne amie dans les travaux de la ferme et lui apportait les produits de sa chasse : un lièvre ou une paire de perdreaux. Marina n’abusait jamais de son empire. Elle s’efforçait même de ne pas porter ombrage à la mère, encore qu’elle ne pût la sentir.
Habile à gérer seule ses affaires, elle aurait pu se passer d’un compagnon. Plus d’une fois, André avait ressenti une joie secrète à la voir enlever au bout de sa fourche des bottes de blé d’un demi quintal attachées de liseron rose ou, trônant sur la selle d’une faucheuse, faire jaillir sous les lames bourdonnantes des gerbes d’or aux grains lourds. Elle avait la force et le tour de main d’un homme.Même pour atteler : elle poussait à fond le brancard et serrait d’un coup la courroie.

bar-2644

Terres défrichées. Tome 1. Mikhaïl Cholokhov.
Club des Amis du Livre Progressiste. 1965. © Éditions Gallimard
Cette même édition

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s