Elégies et sonnets – Débat de la folie et de l’amour.

le

Mur ouest, poésie et poètes. Elle devrait plutôt voisiner avec Ronsard, qui siège au milieu de la bibliothèque. Qu’importe.

J’ouvre page 61:

Diane estant en l'espesseur d'un bois
   Apres avoir mainte beste assenee,
   Prenoit le frais, de Nynfes couronnee.
   J'allois resvant comme fays maintefois,
Sans y penser : quand j'ouy une vois,
   Qui m'appela, disant, Nynfe estonnee,
   Que ne t'es tu vers Diane tournée ? 
   Et me voyant sans arc et sans carquois,
Qu'as tu trouvé, ô compagne, en ta voye,
   Qui de ton arc et flesches ait fait proye ?
   Je m'animay, respons je, à un passant,
Et lui getay en vain toutes mes flesches
   Et l'arc apres : mais lui les ramassant
   Et les tirant me fit cent et cent bresches.

bar-2703

Élégies et sonnets. Louise Labé.
Éditions Delmas. 1953.
On le trouve ici

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s