Sens et non-sens de la révolte

le

Bibliothèque de gauche. Second rayon à partir du haut.

J’ouvre page 137 :

Les métamorphoses du « langage »…

La mise en mot de ses perceptions est bientôt relayée par le souvenir, en rêve, du premier accès de boulimie-vomissement : petite fille, elle voyage au bord de la mer avec ses parents, partageant la même chambre qu’eux. Le récit de cet épisode révèle le conflit érotique (désir pour la mère et pour le père) et conduit la patiente à une grave difficulté. Comme si les mots de cette histoire l’avaient confrontée avec une expérience maintenant pensée, mais encore aujourd’hui agie, traumatique. À la suite de ce récit de rêve, elle est comme paralysée, plongée dans une confusion verbale et mentale, perdant ses phrases, ses mots, se taisant pour finir. Pendant quelques séances, la patiente est incapable de reprendre le fil du récit ou même sa plainte d’habitude parcimonieuse mais très logiquement construite. La verbalisation du trauma a mis en danger la construction verbale elle-même.

bar-3515

Sens et non-sens de la révolte. Pouvoirs et limites de la psychanalyse, tome 1.
Éditions Fayard, 1996
Chez l’éditeur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s