Poésie 84

le

En cours d’emménagement sur le mur ouest, après longue relégation dans la cave.

J’ouvre page 60 :

Les yeux aux courbes infinies
se joignent sans désignation de lieu 
inspirent au genet en fleurs une réticence saisonnière,
que partage une glycine ;
aussi eût-il été sage de ne toucher
sans observer le point de rencontre
entre tige brisée     doigt replié
— cambrures si sèches à l'air
qu'un arrosoir infime poudroie ténuement —
tant que dure l'art du jeu de la fleur
                   qui meurt.
                   "J'écoutais les cris des enfants
                    dans le corridor en fraîcheur d'été coupée
                    en deux mon regard appposait un rythme de
                    mouvance ancienne au lit qui montait"
Et mouches, bractées scarieuses
confondues dans un océan à sec, 
mais aéré...

bar-3517

Poésie 84. Revue bimestrielle dirigée par Pierre Seghers avec le concours de la Maison de la Poésie. Paris Janvier Février 1984.
Sur cette page

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s