Un après-midi chez Henry Moore

le

Petit ouvrages à propos des artistes, mur ouest, à droite en haut.

J’ouvre page 17 :

Ce Moore plus jeune, plus incisif, plus inquiet, est le Moore que j’aurais aimé interviewer plutôt que le Grand Vieux Monsieur de la sculpture que j’ai rencontré, servant son dogme au présumé converti. Mais bien sûr, dans cette première partie de carrière, du temps du jeune homme en colère, Moore ne donnait pas d’interview, et on ne lui en demandait pas. Relisant trois décennies plus tard cette conversation, je pense qu’elle restitue très bien le Moore au sommet de sa gloire. C’était une après-midi mémorable, qui m’a permis de découvrir, presque trente ans plus tard, de façon assez inattendue, un autre Moore plus secret, plus brut, plus torturé et troublant, que sinon je n’aurais jamais connu.

bar-3586

Un après-midi chez Henry Moore. Michael Pepiatt.
Éditons l’Échoppe. Envois. 2011
À la FNAC

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s