Le paysan parvenu

le

 

Contre l’escalier. Livres de l’autre génération.

J’ouvre page 143 :

Oh ! l’âge ne fait rien à cela, dit sans lever la tête la dame dévote, à qui cet article des cinquante ans ne plut pas, parce qu’elle avait sa cinquantaine et qu’elle craignait que ce discours ne fît songer à elle. Et d’ailleurs, dit-elle en continuant, est-elle si âgée, mademoiselle votre sœur ? Vous êtes en colère, et il me semble lui avoir entendu dire qu’elle était de mon âge, et sur ce pied là, elle serait à peu près de cinq ans plus jeune.
Je vis le président sourire à ce calcul ; apparemment qu’il ne lui paraissait pas exact.
Eh ! madame, reprit Melle Habert l’aînée d’un ton piqué, je sais l’âge de ma sœur, je suis son aînée, et j’ai près de deux ans de plus qu’elle. Oui, madame, elle a cinquante ans moins deux mois, et je pense qu’à cet âge-là on peut passer pour vieille ; pour moi, je vous avoue que je me regarde comme telle ; tout le monde ne soutient pas comme vous, madame.

bar-3604
Le paysan parvenu. Marivaux.
Club des Amis du livre progressiste. 1961.
On le trouve à la librairie Lecrocq

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s