Le cavalier Fortune

le

Littérature classique, rayon 19e, bibliothèque centrale.

J’ouvre page 13:

Où Fortune établit qu’il a une étoile

— Monseigneur, dit Fortune, nous autres Français nous n’avons point la vanterie des Espagnols. S’il y a chez nous un défaut, c’est que nous ne savons pas nous faire valoir suffisamment. Je suis brave, mes preuves sont faites, et quant à la prudence, j’en ai en vérité à revendre. À Paris, comme à Florence, à Turin ou dans d’autres villes capitales, mon adresse passe en proverbe, et c’est justice, car aussitôt que j’entreprends une affaire, elle est dans le sac. En me choisissant, Votre Éminence a eu la main heureuse : je lui en fait mon compliment.
C’était un magnifique garçon, à la taille élégante et robuste à la fois. Il disait tout cela en souriant, debout qu’il était, dans une attitude noble mais respectueuse, incliné à demi devant un personnage aux traits sévères et fortement accentués qui portait le costume de prêtre.
Il avait, lui, notre beau jeune homme, l’accoutrement d’un cavalier d’Espagne.
La plume de son feutre, qu’il tenait à la main et dont les bords étaient relevés à la castillane, balayait presque le sol.
L’expression de son visage était douce, franche, mais légèrement moqueuse, et ses traits auraient péché par une délicatesse un peu efféminée, sans une belle moustache soyeuse et noire, qui relevait ses crocs galamment tordus jusqu’au milieu de sa joue.

bar-3610

Le cavalier Fortune. Paul Féval.
Éditions Olivier Orban. Les grands conteurs. 1982.
Pourquoi pas au Canada?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s