Cent rébus littéraires

le

Posé à plat sur un rayon de littérature classique, dans la bibliothèque du milieu.

Non paginé. J’ouvre ici:

Dans un rectangle d’environ six centimètres sur dix-huit, l’illustration en couleur (bleu profond du ciel, ocre du sol, objets noirs et brun rouge) représente de gauche à droite:

  • un rongeur pourvu d’une longue queue annelée
  • une haute construction métallique évoquant un mirador (ou autre chose), dont le pied est caché par des hangars et un très haut tas de charbon
  • un A majuscule, les pieds plantés dans le sol
  • le mot bis écrit en gras en corps 120 environ

On reconnaît le trait noir et hachuré du regretté Honoré.

En italique, cette légende: Le chat du fabuliste

bar-3688

Cent rébus littéraires. Honoré.
Éditions Arléa. 2001.
Chez l’éditeur (avec une bizarrerie sur la date de première édition).

 

Publicités

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Philippe DESSEIN dit :

    bonjour , une mauvaise journée s’annonce ! ce rébus en couverture va obséder si Dominique n’apporte pas la réponse ! En te suppliant…Merci

    J'aime

    1. ecridom dit :

      Un indice, peut-être ? Le chat, la belette et le petit lapin.

      J'aime

    2. ecridom dit :

      Pardon, je n’avais pas vu « en couverture ». Voici donc la légende de l’illustration de couverture : «  la septième femme mit fin à la carrière de ce tueur en série ».

      J'aime

  2. orypole dit :

    fastoche!!!!j’envoie lasolution par mail privé

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s