Lacan, l’écrit, l’image

le

Psychanalyse, rayon second, bibliothèque de gauche.

J’ouvre page 94 :

Claudel, l’amour du poète

L’aventure amoureuse de Paul Claudel est la patiente et impatiente, fulgurante et lente, terminable et interminable déclinaison des fonctions grammaticales possibles de l’article défini, de l’article indéfini et de l’adjectif démonstratif.
Les énoncés qui suivent en font foi :
– « Ce goût de la femme en moi » (expression citée de mémoire), ou encore :
– « Je m’aperçois que pendant vingt ans, depuis Partage de midi, je n’ai cessé d’avoir eu cette sourde obsession de la femme, et c’est maintenant seulement que je ne l’ai plus que j’ai pu commencer à prier avec la ferveur et la simplicité d’un petit enfant. »
– « Il a demandé Dieu à une femme et elle était capable de le lui donner, car il n’y a rien au ciel et sur la terre que l’amour ne soit capable de donner! » (La Lune, faisant parler Prouhèze elle-même, dans Le soulier de satin.)
[…]

B3CF2223-9013-47CC-88A1-EF5EC915DD9C

Lacan, l’écrit, l’image. Aubert, Cheng, Milner, Regnault, Wajcman.
Éditions Flammarion. Champs. 2000
On peut le lire en ligne, ici

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s