Coup bas à Hyderâdâd

Polars, la-haut sous les combles, étagère B. J’ouvre page 102 : « Dodus, mes garçons », se dit Bashir avec satisfaction. Les empoignant l’un après l’autre avec autorité, Malika essuyait, torchait, mouchait ses petits frères, examinant sans complaisance les yeux barbouillés de khôl et les cheveux emmêlés qu’elle fouillait d’un doigt expert. Elle ne les abandonna un…