Mémoires de l’abbé de Choisy

le

Histoire de l’Ancien Régime, bibliothèque de droite, troisième planche en partant du bas…

J’ouvre page 472 :

Mémoires de l’abbé de Choisy habillé en femme

Vous venez voir ma nièce, lui dit-il, elle est plus jolie que jamais ; elle est avec ma femme, je vais vous présenter.
Ils montèrent ensemble ; le marquis salua la présidente et me fit aussi cet honneur-là. On commença une belle conversation qui dura jusqu’à ce que M. le président vint annoncer que le souper était servi, et prier le marquis d’en être. Il ne se fit pas prier, mais il se repentit d’être demeuré lorsqu’il vit arriver mademoiselle de Mondory, que le président avait envoyé chercher dans son carrosse pour souper au logis. La jalousie du marquis se réveilla ; il faisait ce qu’il pouvait pour paraître de bonne humeur mais je lisais dans son cœur, tout était forcé en lui, de temps en temps il me jetait des regards de tendresse, de dépit et quelquefois de colère. La petite Mondory triomphait et m’accablait de caresses.
— Allons, mademoiselle, me disait-elle malicieusement, il est tard, allons dans notre chambre, il faut nous friser pour demain.
Le marquis n’y put tenir davantage ; ce qu’il voyait le mettait au désespoir, il s’approcha de mon oreille, et me dit tout bas :
— Je vous laisse avec votre comédienne, je ne troublerai point vos plaisirs.

bar-3890

Mémoires de l’abbé de Choisy.
Mercure de France, Le temps retrouvé (1966)-2000.
Au catalogue de Gallimard

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s