Comédies et proverbes – ***

le

Bibliothèque du milieu, les romantiques, vers le bas de l’étagère.

J’ouvre page 254 :

Le Laird

Voilà à quoi servent les ballades ! C’est à meubler la tête des jeunes filles de phrases à grands mots et d’idées absurdes ; je donnerais volontiers, pour un verre de Malvoisie, toute la science et la criaillerie des ménestrels et autres baladins. Qu’il s’en présente un seul sur mes domaines et je le fais clouer à ma porte pour servir d’épouvantail aux moineaux ! Mais, qu’il fait noir ici ! Holà, varlets, apportez-moi de la lumière ! Mettez ici un pot de bière et du tabac… Je vais fumer un peu. Cette journée a été fatigante ; ces canailles-là me font mettre en colère tous les quarts d’heure ; il y a de quoi en faire une maladie… (Il se met à boire et à fumer.) Ce matin, j’ai fait un coup de maître. Ce diable de Johny était inquiétant ; c’est encore un de ces drôles à conscience, qui pâlissent devant l’heure de la grande revue… S’il a quelque chose à démêler avec l’Enfer, il est à même à présent… Depuis que je ne respire plus le même air que lui, je me sens débarrassé d’un poids de trente cuirasses de peau de buffle ! Cette bière-là est bonne ! Si je m’endormais en attendant mon futur neveu ? L’heure du souper n’approche pas encore.

Bar-3985

Comédies et Proverbes. Tome 3. Alfred de Musset
Éditions Delmas. 1949.
Ici, si ça vous dit

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s