On est tous dans le brouillard

le

Bibliothèque de droite, rayon du haut (sociologie, politiques urbaines).

J’ouvre page 147 :

L’individu qui exprime son désir d’habiter désormais conformément aux normes n’est cru que dans la mesure où ce qu’il dit coïncide avec la certitude de l’enquêteur.
Ainsi, l’exiguïté n’est plus tolérable à notre époque. C’est un critère positif. Une famille qui n’occupe qu’une seule pièce a des chances de faire entendre sa demande. On présume qu’elle saura utiliser la place qui lui manque actuellement. Mais une famille qui vit dans une vieille ferme délabrée, sans eau, sous les gouttières, sur un plancher couvert de terre, a réitéré sa requête sans résultat. Depuis quinze ans, elle reçoit les enquêteurs, montre l’état des lieux à l’appui de ses dires, attend le relogement promis. Depuis tout ce temps, son seuil d’intolérabilité dépassé, elle vit dans l’agression perpétuelle des choses. Mais l’affectation ne vient pas. Le désordre est un critère négatif, surtout en ce qui concerne les Français.
Le degré d’urbanité se résume ou se transforme, dans la conscience collective, en aptitude (vérifiée ou présumée), à tenir proprement la maison. Les gens qui estiment faire la preuve de leur capacité sont sensibles à cet argument sous-jacent, et dès lors, ont le sentiment de mériter leur logement, un logement approprié. Or cet argument demeure secondaire et son intervention non systématique. Il n’apparaît même plus dans la distribution générale des logements et pourtant il pèse sur les demandes individuelles, à leur encontre souvent, dans un sens ou dans l’autre quand l’aptitude ne concorde pas avec le budget. C’est ainsi que le propriétaire de la plus pimpante cabane de Moulin Brûlé dut, pour le rendre habitable, boucher les fissures dans l’appartement délabré qu’il reçut en partage dans une cité si dégradée que la décision de la détruire fut prise peu après.

bar-4122

Nous sommes tous dans le brouillard. Colette Pétonnet. Préface de André Leroi-Gourhan.
Éditions du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques. Collection Références de l’Ethnographie.
Recension dans Persée de l’édition de 1979 (Galilée)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s