Diapsalmata

le

Lu. Va monter chez les philosophes. Rayon du milieu de la bibliothèque de gauche.

J’ouvre page 37 :

Comme la nature humaine est égale à elle-même ! Avec quelle génialité innée un enfant est souvent capable de nous montrer une vivante image de situations adultes. Aujourd’hui, petit Louis m’a vraiment amusé. Il était assis sur sa petite chaise ; il regardait autour de lui avec une visible satisfaction. Marie, la bonne, vint à passer dans la pièce. « Marie ! cria-t-il. – Oui, petit Louis », répondit-elle avec son habituelle amabilité, et elle s’approcha. Il inclina un peu sa grosse tête, fixa sur elle avec un ait mutin des yeux immenses et dit avec le plus grand flegme : « Ce n’est pas cette Marie-là, c’est une autre. » Et nous, à l’âge mur, que faisons nous ? Nous appelons le monde entier, et quand il s’approche aimablement, nous disons : « Ce n’est pas cette Marie-là. »

bar-4235

Diapsalmata. Søren Kierkegaard.
Éditions ALLIA. 2005/2015
Chez l’éditeur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s