Don Quichotte, tome 2

le

Bibliothèque du milieu, littérature classique, âge classique.

J’ouvre page 188 :

Eh bien ! reprit Don Quichotte, je suppose, Sancho, que tout ce que vous avez dit soit la vérité : combien vous semble-t-il que je doive vous donner de plus que ne vous donnait Tomé Carrasco !
— À mon avis, répondit Sancho, si votre Grâce ajoutait seulement deux réaux par mois, je me tiendrais pour bien payé. Voilà quant au salaire de ma peine ; mais quant à remplir la promesse que votre Grâce m’a faite sur sa parole de me donner le gouvernement d’une île, il serait juste qu’on ajoutât six autres réaux, ce qui ferait trente réaux en tout.
— C’est très-bien, répliqua don Quichotte. Voilà vingt-cinq jours que nous avons quitté notre village : faites, Sancho, le compte au prorata, suivant les gages que vous vous êtes fixés vous-même ; voyez ce que je vous dois, et payez-vous, comme je l’ai dit, de vos propres mains.

bar-4252

L’ingénieux hidalgo Don Quichotte de la Manche. Tome 2. Miguel de Cervantes. Traduction de Louis Viardot.
Éditions Hachette 1978 (1863)
En Hollande, ici

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s