Sans valeur marchande

le

Bibliothèque de gauche, tout petit livre caché entre deux très gros. Philosophes. (Jolie édition !)

J’ouvre page 21 :

Ces figures dites « géométriques » renvoyaient à une science dont la signification et l’usage sont entièrement perdus. On sait généralement que cette science des nombres figurés servait à « mesurer la terre » (géo-métrie). Mais il s’agissait là d’une « mesure » et d’une « terre » qui n’avaient strictement rien de commun avec les soucis cadastraux d’un propriétaire foncier. De telles mesures qualifiées permettaient l’étude des lieux pour établir des voies de communication, pour choisir l’emplacement des constructions, pour définir leur forme et leurs proportions, selon l’usage qui leur était assigné dans un ensemble de déterminations sociales cohérentes. Cette géographie traditionnelle et cet art du constructeur reconnaissaient alors à l’espace qualifié des propriétés répondant d’elles-mêmes à l’esprit qui les considérait, et, intervenant, en retour, sur les mouvements de cet esprit. Il s’agissait, on le voit, de tout autre chose que ce que de naïfs modernes ont appelé « psychogéographie » et qui est à la précédente science ce que des feux de signalisation sont à une aurore boréale.

bar--6

Sans valeur marchande. Michel Bounan.
Éditions ALLIA. 2000.
Chez l’éditeur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s