Le Facteur Cheval

le

Nouveau venu (un cadeau). Ira-t-il rejoindre les poètes (mur ouest, sous la tapisserie à gauche) ou les écrits sur l’art – petits livres bizarres, au même endroit, à droite ?

J’ouvre page 49 :

Monsieur Jourdain sublime, Ferdinand Cheval a été un artiste sans savoir ce qu’était l’art.
Reconnaissons d’ailleurs qu’il entrerait difficilement dans une définition habituelle de l’artiste.
De l’artiste, il n’a pas la vocation, cette sorte de fourmillement, de démangeaison, d’impulsion vers une certaine catégorie de gestes. Ce qui d’abord le meut, c’est bien, nous l’avons vu, un songe obsédant : il veut à la fois se débarrasser de son rêve et le concrétiser.
Il n’a pas de l’artiste le propos de se plier à un apprentissage car l’artiste sait qu’il ne peut rien avant de posséder un minimum de technique : Cheval se précipite au pied du mur et très lentement s’apprend à lui-même le rudiment de ce qui lui est indispensable.

bar--7

Le Facteur Cheval. Alain Borne. Photographies de Fabian da Costa.
Éditions Curandera. L’embellie.
Comme neuf! ici

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s