Richesse du livre pauvre

le

Contre le mur de l’escalier, avec les livres qui parlent d’art et de techniques.

J’ouvre page 71 :

Une simple bande, étroite, de papier,  pliée en deux. À gauche, un poème, à droite, une gouache, ou une aquarelle.

Silence éraillé
d’un froissement de mots cendrés
ramures aux lignes tordues
d’une portée mal lue
et ce masque qui se faufile
corrodé d’obscur
caressé d’un dernier rai de braise
te désigne

(Jacqueline Michel/Ilana Zimhony)

bar--10

Richesse du livre pauvre. Daniel Leuwers.
Éditions Gallimard. 2008.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s