La vie vaut la peine d’être visage

le

Poètes du mur ouest, sous la tapisserie, les grands formats.

J’ouvre page 55 (seules les pages impaires sont numérotées):

céline masson

Deuxième acte : une voix et des yeux pour un visage

QUAND LE VISAGE FUT CRÉÉ, il lui fallut une voix pour l’animer. Et la voix sortit par la bouche du visage pour lui ouvrir les yeux. Ainsi s’anima le visage…

sur la page de gauche, en face :

jean-luc parant

*L’œil est le commencement du visage et une fenêtre sur le monde.
Quand nous voyons un visage, nous voyons d’abord ses yeux. Les yeux sont ce qui éclaire le visage de l’homme car ils sont ce qui l’identifie comme s’ils nous faisaient entrevoir un monde qu’ils sont seuls à éclairer.

bar--23

La vie vaut la peine d’être visage. Céline Masson avec Jean-Luc Parant.
Éditions encre marine. 2004.
Aux Belles Lettres

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s