L’étrange sourire de Pamela Dove

le

Polars au grenier, sur un tas. Drôle de livre. Parodique, peut-être.

J’ouvre page 21 :

Betty Dove commença par déposer sa soucoupe sur la table.
En observant la précision millimétrique de ses gestes, et sa subite concentration, Sweeney se dit qu’il devait effectivement s’agir d’une affaire d’importance.
— Voilà, débuta-t-elle. Comme tout le monde, j’ai beaucoup entendu parler de vous, Mister Sweeney.
— Tout le monde, tout le monde… chercha l’inspecteur à minimiser sa célébrité.
— Mais si, ne soyez pas modeste. Vous êtes notre nouveau Sherlock Holmes, le flatta Mrs Dove.
— C’est trop gentil, se défendit Sweeney. Mais si vous me disiez plutôt quel est votre souci ? Je ne sais même pas si je suis en mesure de vous aider.

bar--33

L’étrange sourire de Pamela Dove.  John Erich Nielsen.
Éditions HoH. 2006.
Ici

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s