L’expression des émotions chez l’homme et les animaux

le

Rayon sciences, bibliothèque de droite, étagère supérieure. (J’aime les jeunes moutons qui regardent Luigi Ghirri, le photographe.)

J’ouvre page 92 :

Le cas le plus frappant, quoique rare et anormal, que l’on puisse citer de cet effet direct sur le corps de l’excitation du système nerveux, quand elle est intense, est la décoloration du système pileux, que l’on a occasionnellement observée à la suite d’une terreur ou d’une douleur extrême. Un exemple authentique en a été rapporté : il s’agit du cas d’un homme, en Inde, que l’on conduisait à son exécution capitale et chez lequel le changement de couleur fut si rapide qu’il était possible de le voir s’accomplir sous le regard.
Un autre bon exemple est celui du tremblement des muscles, qui est commun à l’homme et à un grand nombre ou à la plupart des animaux inférieurs. Le tremblement n’est d’aucune utilité, il est même souvent d’une grande gêne, et il n’est pas possible qu’il ait d’abord été acquis volontairement, puis soit devenu habituel en association avec une quelconque émotion. Une éminente autorité m’assure que les jeunes enfants ne tremblent pas, mais font des convulsions dans des circonstances qui occasionneraient chez l’adulte un tremblement extrême.

bar--34

L’expression des émotions chez l’homme et les animaux. Charles Darwin.(1872 et 1889). Traduit de l’anglais par Dominique Férault.
Éditions Rivages poche. Petite bibliothèque. 2001.
Chez l’éditeur, une réédition.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s