Poèmes en prose

le

Casier en bois sous la planche des poètes grand format du mur ouest. Les grandes revues.

J’ouvre page 7 :

VISAGES

marchant entre les rires, pavés encore humides, voix criant sans doute, on ne les entend pas, pute ou traînée, les enfants rient aussi, fenêtres, drapeaux cruels, un peu de vent caresse les visages, la main n’arrête pas, les signes s’estompent, qui parle, tête rasée dans la lumière du matin, fermée dans sa douleur, ville ancienne, hautes maisons de pierre, poitiers peut-être, marchant, corneilles, cris aigres, tours et nuages, rumeur la couvre, les grimaces des rires, si doux, corps chaud, sa main cherchant son sexe, l’odeur du drap à cet instant, pourquoi, souriant, enfant sans âge, ombre tournant, la différente, traversant le présent, la torture des regards, accrochée au bébé qui la porte, perdue, seule, les pas l’emportent, immobile, ce geste à tout jamais suspendu, corps mémoire, la voix s’éteint, la main écarte les mots, remonte le courant, cherchant, tiédeur, s’arrête, le rire encore, regarde-toi, regardez-la, chaque mot touche comme il pleut, gouttes froides, un à un, la traverse, image floue, brouillée de larmes, marchant, interminablement, descendant une rue, l’enfer peut-être, têtes braquées, grinçantes, dents des sourires, fête tournée, joie aigre mais qui est-elle, visage vague, lentement étoilé, remontant, feuille tournant, cendres fouillées, trop loin, la main touche le papier, ils rient toujours, se penchent pour mieux voir, képis, boutons luisants, pieds, corps sortis du champ, noyé soudain, inexistant, marchant et n’avançant jamais, le cri muet à chaque instant, membres tordus, ils rient hurlant salope pute, tressautant, rouge sous le yeux, non, elle court, monte un escalier, tombe, non, les pas s’approchent, marchant, humide, cheveux collés au front, elle tombe, la main s’éloigne, il n’y a rien, il ne pleut plus, c’est elle, regardez-la, tu la connais, mais elle n’a pas de nom

(Jacques Ancet)

bar--41

Poèmes en prose (anthologie)
Encres Vives, n° 95, mars/avril 1981
Le site d’Encres Vives

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s