Les seigneurs des moissons

le

Un peu de science-fiction, aujourd’hui (dans les casiers transversaux posés sur les bibliothèques).

J’ouvre page 107

L’arbre de vie

Quand il reprit ses esprits, deux sensations l’assaillirent : le jeu de la lumière derrière ses paupières closes et le bouillonnement de l’eau sous l’étrave du bateau. Cependant, le papillotement orange pouvait être défini d’une manière plus précise comme l’interaction de la lumière et de la chaleur, alors que le vocable « bouillonnement » restait une métaphore beaucoup plus vague. Le bruit de l’eau évoquait plutôt une série de petites harpes pincées sans interruption d’où naissait un thème musical paraissant être constamment sur le point de s’évanouir. Il tourna et retourna cette idée, ainsi qu’une autre qu’il ne faisait qu’entrevoir : celle de l’existence d’une relation entre ces deux impressions. La palpitation de la chaleur sur son visage formait comme un contrepoint aux phrases fluides et et modulées de l’hypothétique mélodie qui lui parvenait de l’avant. Son esprit finit par se fatiguer de ces élucubrations et il ouvrit les yeux.

bar--52

Les seigneurs des moissons. Keith Roberts
Éditions Galaxie/bis. 1981
Sur Noosphère

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s