Redécouvrir l’expérience ouvrière

le

Sociologues du rayon supérieur de la bibliothèque de gauche. Un beau livre, en plus.

J’ouvre page 87 :

Face à notre détermination, ils nous ont répondu : Comme il y en a encore un certain pourcentage, laissons les choses en l’état, jusqu’au moment où ces défauts seront totalement éliminés. » En attendant, nous en avons profité pour dire : « Les ouvriers qui révisent ces panneaux n’ont pas la qualification de 2e catégorie, ils sont de la 3e super, et pourtant ils sont capables de faire un travail de révision. Alors on n’a qu’à faire comme ça : on unifie toute la révision, c’est à dire qu’on introduit sur chaque ligne ces six hommes pour la révision dans sa totalité. Chacun de ces ouvriers s’occupe de sa voiture comme font tous les autres et a droit à sa qualification. » Mais la Fiat était réticente. Nous, nous disions aux ouvriers : « Après tout, c’est vous qui devez juger s’il faut faire ce que dit la direction ou ce que disent vos délégués. Regardons concrètement comment les choses se passent, après quoi on se rendra bien compte tous ensemble de ce qu’est réellement le mieux, le dialogue doit rester ouvert ».
Voilà le genre de discours que nous faisions : « Moi, avec la lime, je repousse les bosses, puis toi tu polis là où j’ai travaillé ; si mon travail est bien fait, tu n’as pas besoin de le reprendre, sinon tu le retouches en faisant un travail égal au mien. Un autre fait le tablier avant, un autre le panneau arrière, un autre le pavillon, mais en fait, pour ce qui est de limer, c’est partout la même chose, comme c’est la même chose que de polir le pavillon ou le panneau arrière. Pourquoi alors sommes-nous si divisés ? Pourquoi certains ont-ils une qualification de deuxième catégorie et d’autres non ? Pourquoi moi je dois me tenir toujours avec les bras en l’air , et toi toujours être à genoux pour faire le plancher ? En discutant ensemble on pourrait voir comment faire pour changer. »

bar--56

Redécouvrir l’expérience ouvrière. Ivar Oddone, Alessandra Re et Gianni Briante. Présenté par Yves Clot, traduit de l’italien par Ivano et Marie-Laure Barsotti.
Éditions Sociales / Problèmes. 1981
Réédition sur le site des nouvelles Éditions Sociales

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s