Rivaginaires n° 20

le

Revues de poésie, petit format – dans le casier transversal au-dessus de la bibliothèque du milieu.

J’ai ouvert page 13 :

L’allée de buis
L'allée de buis court autour du terrain de remblai. 

En la suivant on distingue à hauteur d'œil les morsures anciennes 
des fils d'acier sur les troncs.

Les draps blancs séchaient au soleil. On courait aussi entre
leurs pages, ou on s'y enfouissait.

C'est midi. Tout semble empesé, silencieux.

Un rien de cérémonieux fige cette végétation
qu'aucun vent d'ouest ne vient courber.

Les massifs de buis, les buissons de laurier 
ont l'assurance trapue de ceux qui se moquent
de l'âge.
[...]

(texte de Pierre Dade-Brenjot)

bar--79

Rivaginaires, n° 20 1994.
Un site qui présentait la revue, avant qu’elle cesse son activité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s