Le temps n’a pas d’odeur

Allez, encore un petit verre de Science-Fiction, sur la plus haute planche de la bibliothèque. J’ouvre page 113 : — Vous allez mieux, dit l’homme. Qu’allez-vous faire ? La question prit Jorgenssen au dépourvu. La voix de l’homme était grave, posée sans contrainte. — Je ne sais pas, balbutia Jorgenssen. Je pensais vivre dans cette…