Danger !

le

Un polar qui a de la bouteille, combles, étagère D. Non classé.

J’ouvre page 117 :

À cette pensée, Mr Thewless comprit son devoir. N’ayant personne sous la main pour le renseigner sur la gravité de son état, il se décida à opérer lui-même une prudente reconnaissance. À part le léger mal de tête et une zone douloureuse à la base du crâne, il se sentait parfaitement normal, ce qui ne prouvait rien, certaines blessures ne devenant douloureuses que longtemps après coup. En essayant de bouger, il serait renseigné. Le pire était d’avoir la colonne vertébrale brisée et l’on sait combien le moindre mouvement est pénible dans ce cas. S’apprêtant à éprouver une douleur fulgurante, Mr. Thewless se redressa avec effort et se trouva assis sur son brancard, sans plus de mal que tous les matins dans son lit.
Il remua ses membres un à un ; il remua ses orteils, il remua le cou. Pris d’une subite inspiration, il serra les mâchoires, cligna les paupières et contracta les muscles de son abdomen. Le résultat fut concluant : quelles que fussent les meurtrissures reçues, sa condition actuelle ne nécessitait pas qu’on le traitât en blessé grave et qu’on le séparât de son jeune élève, exposé maintenant à des périls aussi précis que menaçants.

bar--89

Danger ! Michael Innes. Traduit de l’anglais par la Comtesse J. Costa de Beauregard.
Éditions Albin Michel, 1952.
La fiche auteur sur fichesauteurs

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s