La seule langue inconnue

le

Revues de poésie, petit format – casier transversal inférieur, au-dessus de la bibliothèque du milieu…

J’ouvre page 23 :

Il restait pourtant des traces que les eaux ont croisées
Une part de moi s'est faite plaie
une part de cœur s'est faite poussière
toute l'absence a atteint la frontière
et il n'y a plus rien sur la toile
que le vague souvenir d'un organe
un morcellement baroque de ravage

bar--97

La seule langue inconnue. Michel Cosem
Éditions Glyphes, collection Codes. 1er trim. 83
Le site de Michel Cosem

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s