Le nouvel esprit du capitalisme

le

Voisine avec les sociologues, dans la bibliothèque de gauche. Ce pavé a vingt ans.

J’ouvre – au hasard – page 271 :

Cette nouvelle politique se trouvait être en phase aussi avec l’évolution de la réflexion menée dans les organismes internationaux de coordination économique et politique. Ainsi par exemple la Commission trilatérale, qui exprime les positions des organisations financières et des multinationales cherchant à promouvoir une internationalisation du capital (Skar, 1980, p. 73), se montrait, dans son rapport de 1975, favorable à une collaboration avec des « leaders syndicaux responsables » ayant « une réelle autorité sur leurs membres » (p7). Dans un nouveau rapport, publié en 1978, les rédacteurs optent pour le développement de formes de participation directe sur le lieu de travail : « La prise en compte, d’une part, de l’inefficacité du management autoritaire et, d’autre part, des limites des systèmes représentatifs a conduit à élaborer ce que le professeur Trist appelle « la démocratie dans le travail (work-linked democracy) ».

bar--131

Le nouvel esprit du capitalisme. Luc Boltanski, Ève Chiapello.
Éditions Gallimard. NRF Essais. 1999
Chez l’éditeur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s