Kaléidoscope

le

Grandes revues de poésie, dans les boîtes en bois sur le tapis, mur ouest.

J’ouvre page 9 :

40
Moi l'assassin de l'ombre
je tiens dans les mains
la pierre des oiseaux
l'étoile des seins

Dans leurs chambres de palme
les flaques de mes yeux
sont les miroirs du ciel
41
Mon bûcher sous la banquise
dans les eaux de la parole
Les murs de la patience
La ville dans la pierre
Peut-être la mort
Cette palme pour mon front
42
L'ombre est prisonnière 
de la pierre qui songe
l'absence réelle

Au fond des miroirs
la belle endormie
armée de tous les oiseaux
proie des flaques gît
dans les forêts de mon sang

bar--199

Kaléidoscope. Jean Dif.
Encres Vives n° 211. Mai 1996.
Tout Encres Vives

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s