Rivaginaires n° 24

le

Dans le casier transversal le plus accessible, au-dessus des bibliothèques, plutôt au milieu : revues de poésie petit format.

J’ouvre page 74 :

Un peu plus loin, un camion citerne venait de se coucher dans le fossé, les roues tournaient encore. Le chauffeur sortait, vertical, par la fenêtre, commandant d’un sous-marin échoué, quittant son bord le dernier. Il faisait une chaleur torride. Sur le bas-côté, on commençait à voir des voitures arrêtées. Des familles déjeunaient en s’abritant du soleil sous de vastes parapluies. Les hommes à grosses moustaches noires distribuaient la nourriture. Un peu plus tard, un peu plus loin, la file en stationnement devenait ininterrompue, les hommes faisaient la sieste sous leur voiture surchauffées, les pieds dépassaient sur la chaussée. Il fallait les éviter, leur éviter d’autres catastrophes. La course reprenait, les accidents se multipliaient. Il devenait certain qu’ils n’arriveraient pas tous au bout de cet exode pathétique. Ils fuyaient vers l’est comme leurs ancêtres fonçaient vers l’ouest. Flux et reflux conquérants puis vaincus, partis à cheval, sabre au clair, ils revenaient dans des voitures déglinguées, accompagnés d’une marmaille bruyante. Semant sur leur passage des carcasses cabossées, des bouts de carrosserie disloquées, tôles tordues, blessés, débris de toutes sortes. Ils avaient semé la terreur, rançonné, pillé, supplicié. Ils étaient victimes maintenant. On ne les regardait pas, ils fuyaient dans l’indifférence des paysans qui commençaient leurs premières moissons, ils fuyaient, abandonnant dans le fossé les voitures inutilisables, s’entassant dans les autres.

(Autobahn Ottomane. Jean-Claude Guillon)

bar--225

Rivaginaires, n° 24. 1999.
Sur le site revues-littéraires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s