Blanche ou l’oubli

Aragon, bibliothèque de droite, étagère supérieure. J’ouvre page 199 : Quel est donc le parfum de la tristesse ? J’ai l’impression d’un imperméable tout léger, beige, qu’elle n’a pas fermé, il fait si chaud, et qui vole autour d’elle, rien ne lui tient au corps, quelle robe a-t-elle, une robe claire, une robe d’été, comme…