Le petit livre de Qo

le

Sur le mur des poètes, rayon des grands formats.

J’ouvre page 30 :

Il ne s’agit donc pas
d’un revenant,
d’une forme vide du passé qui viendrait
hanter la terre perdue.

Ce qu’on perçoit est une chambre reculée,
une fenêtre naturellement ouverte
qui vous regardent d’un autre œil.

Ici et maintenant,
battent les deux lettres d’un nom
comme un insecte aigu
qu’on retire du chant.

Un pèlerin violet tient la main d’écriture.

Le petit livre de Qo. Dominique Sorrente.
Cheyne Éditeur. 2001.
Chez l’éditeur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s