Les temps nouveaux

le

Bibiothèque de droite, étagère supérieure. Les politiques.

J’ouvre page 41 :

Le rôle du secteur bancaire et financier

Le 15 septembre 2008, la faillite de Lehman Brothers fit l’effet d’un coup de tonnerre dans le monde feutré de la finance et fit souffler un vent de panique sur les marchés. Certes, depuis un an, un certain nombre d’établissements financiers , aux États-Unis comme en Europe, avaient vacillé, victimes d’une cupidité sans borne, et n’avaient dû leur salut qu’à la reprise de leurs risques par la puissance publique. Mais le credo du too big to fail — trop gros pour faire défaut — était à ce point ancré dans les esprits que le « lâchage » d’une institution aussi vénérable et puissante sonna comme un avertissement annonciateur d’un changement d’époque. Les banques allaient payer le prix de leur engouement pour la finance de marché et, après avoir contribué à cette évolution, les pouvoirs publics allaient réintroduire de la régulation dans ces activités.
Las, cet espoir (ou cette crainte ?) fut de courte durée.

(article de Branchereau et Roux, C.G.T. Banque et Finance)

Les Temps Nouveaux, n° 1, Automne 2010.
Éditions Le Bord de l’Eau, 2010.
Au Bord de l’Eau

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s