Mars aux ombres sœurs

le

La science-fiction loge au-dessus des bibliothèques, dans le plus haut des casiers transversaux.

J’ouvre page 74 :

Il suffit à Michael de parcourir environ un kilomètre pour voir ce qu’il y a au fond du cratère. Il découvre une étrange plaine ocre, de la couleur des déserts martiens d’avant la terraformation, parsemée de végétation indigène. En son centre se trouvent regroupées toutes sortes de formes bleues : des crinoïdes, des croissants, des cycloïdes, des paraboloïdes ; l’ensemble évoque quelque chose comme des tentes qui auraient été soufflées par le vent, ou des voiles, figées pour l’éternité alors qu’elles fasseillaient.. Mais le plus incroyable est leur taille. Dans l’ensemble, l’architecture martienne ne pratique pas le gigantisme, car l’occasion serait trop belle, étant donné la faible gravité, et l’on considère que ce serait tomber dans la facilité. Ici cependant, les bâtiments s’élèvent à deux ou trois mille mètres de haut et comprennent des éléments horizontaux que rien ne paraît soutenir, agaçant l’œil comme une illusion d’optique gestaltienne. Tout à l’air calme et parfaitement tranquille, et le seul mouvement que l’on voit est le jeu subtil des ombres bleu et jaune progressant le long du rebord du cratère, tandis que Phobos franchit l’immense caldera à grande vitesse.
Michaël estime qu’il est capable, dans un ultime effort, de porter Snow jusqu’à la cité bleue, pour demander à ses habitants l’aide et l’abri dont ils ont tant besoin.

Mars aux ombres sœurs. Frederick Turner. Traduit de l’américain par William Desmond.
Éditions Denoël, Présence du Futur n° 287. 1979.

Chez l’éditeur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s