Frescobaldi

le

Musique ! rez-de-chaussée.

J’ouvre page 65 :

Si de telles constructions rappellent certains Ricercari de G. Gabrieli, les suivantes sont considérées comme des « créations originales » de Frescobaldi.
Le n° 10 se divise facilement en trois sections, mais il débute exceptionnellement chez notre auteur par une Introduction qui s’appuie sur le thème obstiné (V. les n° 6 et 7) ; la première section est fondée sur ce motif qui donne lieu à des variations, mais paraît cinq fois à titre d’ostinato ; la seconde s’amorce avec un nouveau motif, mais qui s’adjoint comme contre sujet le thème initial et fait entendre huit fois l’ostinato ; enfin, la troisième double son motif d’un contre sujet tiré du Ricercar n° 9 (dans le même ton, éolien) et énonce sept fois l’ostinato. Pas une fissure, pas une faiblesse dans cette œuvre d’un inventeur sûr de lui.

Gerolamo Frescobaldi Ferrarensis (1583-1643). La vie, l’œuvre. Discographie. Armand Machabey.
Éditions du Vieux-Colombier, collection Euterpe, 1952.
Ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s