Georges de La Tour

Contre le mur de l’escalier parmi les fascicules sur les peintres.

J’ouvre page 41 :

C’est l’image qui happe mon regard, aux dépens du texte à sa gauche.
C’est une image étrange. Lisse comme certains autres La Tour (la Diseuse de bonne aventure ou le Tricheur). Mais cet aspect lustré de la touche n’est pas associé au mal, mais à la mort. Celle d’un saint. Et quel étrange enfant, qui découvre, à la lueur de sa torche, que le saint s’est éteint. Et pourquoi la plume sur son bonnet fait-elle pendant à la flamme de la torche ? Et pourquoi sa main soulève-t-elle un tissu qui ne cachait rien ?
Et pourquoi ce tableau a-t-il été perdu ?

Georges de La Tour. Hors série de Télérama conçu par Bernard Heitz.
Télérama, 1998.

Le tableau, à Nancy

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. marronbleu dit :

    Treille, Vic-sur-Seille. À l’ombre de Nancy

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s